Quand l’art est enfance

Cette vidéo fait partie d’un projet cinématographique “Gaza Stories”. Pour aider nos amis à rassembler les fonds nécessaires pour la poursuite de ce beau projet, une cagnotte a été mise en place afin de réunir les 30.000 euros nécessaires à sa concrétisation.

VOUS POUVEZ SOUTENIR GAZA STORIES EN PARTICIPANT À LA CAMPAGNE DE CROWDFOUNDING

 

—–

Un adolescent entre dans une maison, s’installe dans un fauteuil et commence à sortir ses crayons… La caméra de la vidéo se penche sur son épaule et on découvre qu’il réalise un portrait avec une grande maitrise, précision. Le jeune qui dessine, Djamel Albaz a 16 ans et habite dans le camp de réfugiés d’al-Nuseirat.

Al-Nuseirat est un des camps de réfugiés de Gaza les plus surpeuplés : il est situé au milieu de la Bande de Gaza . Prévu pour abriter 16 000 réfugiés qui fuyaient l’armée israélienne en 1948 quand ils n’étaient pas chassés sous la menace, le camp compte aujourd’hui plus de 80 000 habitants. La page de l’UNRWA donne un grand nombre d’informations sur la façon dont les habitants s’y sont organisés malgré le manque de place (25 écoles !) et toutes les difficultés liées au blocus.

Malgré ces difficultés, Djamel a pu développer son talent, persévérer, se corriger… Il partage ses dessins avec ses amis et, comme les jeunes de son âge, échange énormément sur les réseaux sociaux, transmettant son art – et celui de la Palestine – à d’autres jeunes dans le monde.

On demande souvent à Djamel de dessiner les portraits des martyrs palestiniens, ce qu’il fait avec gentillesse… Mais il n’aurait jamais pensé qu’il aurait un jour à faire celui de son frère ainé Mansour, tué par l’armée israélienne…

C’est cette histoire, simple et dramatique à la fois, que la caméra d’Iyad a capté, une histoire illuminée par le beau visage de Djamel.

RAPPEL IMPORTANTCette vidéo fait partie d’un projet cinématographique “Gaza Stories”. Pour aider nos amis à rassembler les fonds nécessaires pour la poursuite de ce beau projet, une cagnotte a été mise en place afin de réunir les 30.000 euros nécessaires à sa concrétisation.

Le compteur de la cagnotte stagne à moins de 12 000 € (11 596€ exactement grâce au récent apport d’un 206e donateur que l’on remercie chaleureusement).

Le projet a pu démarrer avec ce premier tiers mais nécessite plus de fonds pour permettre à Iyad et ses camarades de s’équiper correctement et permettre à Gaza Stories de devenir une réalité durable.

VOUS POUVEZ SOUTENIR GAZA STORIES EN PARTICIPANT À LA CAMPAGNE DE CROWDFOUNDING

o Toutes les vidéos de “Gaza Stories” sont disponibles sur la chaine YouTube
o Vous pouvez aussi suivre l’actualité de “Gaza Stories”, laisser vos commentaires sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *